Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

lundi 18 mai 2015 à 19h

Rassemblement contre l'impunité policière - Zyed et Bouna

Appel à mobilisation nationale

LUNDI 18 MAI 2015

Le 27 octobre 2005 à Clichy-Sous-Bois, une dizaine d'adolescents qui sortent du foot sont interpellés par la police et prennent la fuite par peur d'un contrôle. Pris en chasse par plusieurs voitures de la BAC, Zyed, Bouna et Muhittin se réfugient dans un transformateur EDF. Vingt minutes plus tard, Zyed et Bouna meurent électrocutés. Muhittin, gravement brûlé, parvient à prévenir les secours.

Le 18 mai prochain, la cour d'appel rendra publique sa décision au sujet des deux policiers mis enexamen dans cette affaire. Inculpés au départ pour « mise en danger délibérée », la justice ne retient plus aujourd'hui que la « non-assistance à personne en danger » pour les deux seuls policiers mis en cause. Après dix ans de batailles judiciaires et une relaxe confirmée une première fois en appel, quelque soit le verdict il ne sera jamais pleinement satisfaisant.

Dans de trop nombreux cas les policiers mis en cause bénéficient d'une impunité judiciaire et sont traités comme des citoyens au-dessus des lois (Amnesty International, avril 2009).

Insultes, contrôles d'identité abusifs, brimades, mutilations, autant de pratiques qui constituent une violence quotidienne. Ali Ziri, Abou Bakari Tandia, Mohammed Boukrourou, Lamine Dieng…

Rappelons nous aussi Rémi Fraisse, tué pour avoir manifesté. Nous ne parlons pas ici d'accidents ou de bavures, mais d'une violence d'Etat dont la justice se fait complice. Faut-il s'étonner des révoltes dans les quartiers populaires ?

Il n'y a pas de « bavures », ni de « brebis galeuses », c'est toute la police qui assassine, et toute la justice qui la protège. La violence des flics sert à reproduire le capitalisme, le racisme et le patriarcat. Elle n'a rien d'accidentel, c'est un système d'encadrement et de reproduction des inégalités.

De Pipo assassiné en 1998 à La Reynerie par la police à Timothée Lake assassiné en 2014 par cette même police, la ville de Toulouse se fait pleinement le relais de cette violence d'Etat.

Nous dénonçons l'intensification de la répression qui est à l'œuvre dans la ville: interdictions des manifestations contre les violences policières, occupation de la ville par les force police, augmentation de leurs effectifs, réarmement de la police municipale nuit et jour, peines de prison ferme pour avoir osé manifester, multiplication intensives des caméras de vidéosurveillance, etc.

Le 18 mai nous ne nous tairons pas !

Ces combats ne s'arrêtent pas aux portes des Palais de justice. Dans la rue, la lutte se construit et la solidarité s'organise. Des familles et des collectifs se retrouveront devant la cité judiciaire de Rennes à 14H30.

En île-de France, rassemblement à 19H devant le tribunal de Bobigny, lieu de tous les non-lieux.

RASSEMBONS-NOUS DEVANT TOUS LES TRIBUNAUX DE FRANCE A PARTIR DE 19H POUR LEUR MONTRER QUE NOUS N'OUBLIONS PAS !

RDV à 19H Métro Palais de Justice à Toulouse

Premiers signataires : Coup pour Coup 31, OCML VP, CREA, AL, CNT 31, UAT, NPA 31, des individu-es...

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/10761

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.