Réagir (3)EnvoyeriCalPartager

jeudi 14 février 2019 à 20h30

Journalisme et réseaux sociaux : entre information alternative et manipulation(s).

L'Université populaire de Toulouse, la fondation Copernic 31 et les Amis du Monde Diplomatique avec le soutien de l'association des journalistes et Médiacités invitent Nikos Smynaios le jeudi 14 février à la salle Sénéchal, rue de Rémusat, Toulouse.

Nikos Smyrnaios, maitre de conférence, LERASS, Université Toulouse 3

Historiquement les médias d'information sont au cœur de ce que le philosophe Jürgen Habermas appelle l'espace public, à savoir le lieu où se confrontent les points de vue et les opinions sur des problèmes de nature politique. Théoriquement, cette confrontation permet aux citoyens de se forger une opinion éclairée sur les enjeux de leur époque et d'effectuer des choix en conséquence, notamment au moment des élections.

Or, depuis quelques années le public semble de plus en plus se tourner vers internet pour s'informer : 70% de Français consultent des sites d'information, le même pourcentage que pour la télévision, alors qu'ils sont moins de 25% à lire la presse papier. Par ailleurs, un cinquième de 18-34 ans disent utiliser les réseaux sociaux comme source d'info prioritaire au quotidien.

Cette tendance est renforcée par l'adoption croissante de l'internet mobile et par la grande diversité de sources disponibles en ligne. Au-delà des médias professionnels, de nombreux sites militants permettent aussi de diffuser une parole engagée en faveur de la justice sociale et de l'émancipation politique qui ne trouve que rarement sa place dans les médias dominants. Par ailleurs, la nature interactive et participative des médias numériques rend possible le dialogue, la critique et l'interpellation. Elle permet aussi aux simples citoyens, par l'effet de masse, d'imposer dans l'agenda médiatique des questions et des problématiques très peu traitées.

Cependant, malgré le pluralisme offert sur l'internet, la grande majorité de la population s'informe en ligne auprès de sources appartenant aux principaux groupes de médias qui souffrent de mêmes maux que leurs confrères de l'audiovisuel et de la presse. La maximisation de l'audience, qui contraint le fonctionnement de la télévision, se transforme sur l'internet en la chasse au clic. Les buzz, les polémiques vaines, le sensationnalisme, la reproduction de l'idéologie dominante, bref, tout ce qui caractérise les médias traditionnels est bien présent désormais dans les sites d'information.

A cela il faut ajouter des problèmes propres à internet. La difficulté de réguler l'expression en ligne et d'identifier les interlocuteurs fragilise le débat public qui s'y déroule : la propagande raciste et homophobe, la manipulation, la désinformation à grande échelle y pullulent. Ces dérives sont aggravées par le contrôle monopolistique qu'exerce une poignée de multinationales états-uniennes, dont Google et Facebook, sur les canaux de diffusion de l'information en ligne. La conférence a comme objectif d'apporter un éclairage sur ces questions cruciales pour le fonctionnement de la démocratie.

Pour aller plus loin :

https://www.la-croix.com/France/Politique/Gil…
https://www.humanite.fr/nikos-smyrnaios-faceb…

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/18786
Source : http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.ph…
Source : message reçu le 13 janvier 11h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Par Anonyme, le 10/02/2019 à 15:28

Journalisme et réseaux sociaux : entre information alternative et manipulation(s).

Le sujet traité me semble être d'un intérêt capital en cette période trouble que traverse notre démocratie. La liberté de la presse, ce «chien de garde de la démocratie», a à maintes fois été rappelée à la France par la Cour européenne des droits de l'homme (art.10). Liberté particulièrement essentielle, à ceci près, qu'elle ne peut tout emporter sur son passage par la diffamation et l'injure (position française). Cette confrontation 'garantie' peu ou prou une certaine liberté à la presse française. La manipulation, pour reprendre le terme, vient d'ailleurs, elle présente plusieurs facettes :

La grande majorité de la presse écrite et audiovisuelle est aux mains des groupes financiers favorables à l'idéologie capitaliste, fervent soutien des 'marchés', elle est unipolaire.

La publicité (manne financière) massives et omniprésente dans ces média, conditionne l'orientation éditoriale.

La très grande majorité des journalistes et chroniqueurs sont pris au piège de la non pluralité idéologique. Ils n'ont pas de choix, s'ils veulent faire carrière, ils doivent se conformer à la manipulation. Ou alors se tourner vers les réseaux sociaux et affronter toutes les dérives possibles.

Mais il y a peut-être pire dans la communication, plus insidieux et difficile à définir et à dénoncer : c'est la notion du «complot», voire aussi celle du «populisme».

Certains sujets sensibles, surtout s'ils ne sont pas en accord avec la pensée officielle dominante du moment , demanderaient investigations, enquêtes, débats (mais il n'y a plus de journaliste d'investigation ! sauf peut-être BHL !). Lorsque ces sujets sont abordés ils soulèvent '''l'argument irrésistible''' du complotisme ou du populisme! Que faire ? Le débat est alors clos !, 'circulez il n'y a rien à voir'

Seul l'expert peut émettre un avis, une position (ils défilent nombreux sur les chaines, dites d'informations continues, et polluent nos pensées, sauf peut-être Christophe Barbier !). Nos pensées ainsi formatées et unifiées refusent toute ouverture alternative. Certains d'entre nous basculent vers les 'réseaux sociaux ' avec l'illusion d'une ouverture possible vers autre chose. Tout cela me parait vain sans l'apport d'une Education Populaire hélas déficitaire et pour cause !

J'espère que notre conférencier abordera ces notions, car c'est bien à travers le dévoiement des notions et des mots (de leur sens) que s'opèrent les manipulations ; L'Opinion ça se travail avait écrit S. Halimi

Georges

Complexité d'Internet

Par Anonyme, le 07/02/2019 à 19:55

Bonjour.

Il me semble que la présentation de cette conférence-débat utilise certaines simplifications, oui il y a une forte utilisation de ce que l'on appelle les réseaux sociaux comme Facebook mais un cinquième des 18-34 ans ne représente pas, loin s'en faut la totalité des usages de l'Internet por rechercher de l'information. Surtout il semble assez fréquent que des articles sérieux de journalistes peuvent être cités y compris sur Facebook.

Comme cela est cité dans la présentation il existe des sites miltants qui peuvent donner des informations. Il peut exister des supports "libres" à la manière du logiciel libre.

J'utilise très souvent l'encyclopédie wikipedia et dans plusieurs langues, cela est souvent une source d'information y compris parfois pour de l'actualité, avoir des informations en plusieurs langues permet de croiser des informations. Par ailleurs l'information même dans les journaux de qualité n'est jamais exhaustive, je pense qu'il est toujours intéressant de consulter des livres pour mieux appréhender un flot d'informations récentes, avoir un regard plus historique. Il y a des sources historiques assez intéressante disponible sur Internet.

La rapidité des réseaux sociaux, l'utilsation du téléphone portable n'interdisent absolument pas d'avoir l'envie d'approfondir un sujet en multipliant les sources et ayant un regard critique sur l'actualité. Même sur les réseaux sociaux il est possible d'écrire des textes argumentés avec des références à des livres, des journaux. Internet s'est très fortement développé dans le monde académique avant d'atteindre le grand public et il y a de plus en plus de revues scientifiques qui sont accessibles sur Internet et même en accès libre. Les informations scientifiques dans les revues en ligne sont rigoureuses et reconnues.

À mon avis il est important d'avoir un esprit critique et une forme de vigilance par rapport aux diverses sources d'informations, il peut être très utile de connaître plusieurs langues. Même si on ne connait que la langue française il est souvent intéressant de confronter des articles de journaux belges, suisses avec des articles français de France, cela pemet un décentrage.

Très cordialement.

Joseph Saint Pierre

Https://www.mapdata.science/~stpierre

contrôle monopolistique

Par Anonyme, le 29/01/2019 à 16:56

Non mais vous êtes sérieux? Je n'en crois pas mes zoneilles!

Comment osez-vous vous plaindre du "contrôle monopolistique qu'exerce une poignée de multinationales états-uniennes, dont Google et Facebook", alors que les liens que vous proposez regorgent d'éléments diffusés par ces mêmes salopins des USA?

Nikos Smyrnaios est surtout Grand Maître en Tartufferie. Encore un arriviste donneur de leçons qui vend des bouquins contre les GAFAM en mode "faîtes ce que je dis, mais pas ce que je fais"!

Et devinez où est hébergé le site qui fait la promotion de son livre?

Chez free! http://nikos.smyrnaios.free.fr/

Tout le monde connait FREE :

- Pour Xavier Niel, Emmanuel Macron est «un super président»

- Le X, versant obscur du patron de Free

- Entreprise rude avec les salariés : https://lafibre.info/free-mobile/free-mobile-raconte-interieur/

Le minimum acceptable si l'on rédige un livre contre les GAFAM, c'est de se faire héberger par l'autre.net, tetaneutral, zaclys, framasite ou n'importe quel CHATON. Merdre à quoi ça sert que des bénévoles se décarcassent?

Le manque de sérieux de ce pallotin entâche la réputation de l'Université populaire de Toulouse, cornegidouille!

Aucun écart, aucun clinamen ne saurait être toléré dans la lutte contre les GAFAM & NSA & DARPA & INSECT ALLIES & EPA.

Code source issu du premier lien (la croix et la bannière de pub) :

<a href=" https://www.facebook.com/lacroix.journal/ " data-ng-click=" sendTcEvent($event, 'click', { type: 'N', category: 'Navigation', action: 'C_Tab_Footer', label1: 'Facebook' }) " > <i class=" icon--Facebook "></i> Facebook </a> </li> <li> <a href=" https://twitter.com/LaCroix " data-ng-click=" sendTcEvent($event, 'click', { type: 'N', category: 'Navigation', action: 'C_Tab_Footer', label1: 'Twitter' }) " > <i class=" icon--Twitter "></i> Twitter </a>

Code source issu du deuxième lien (les sites de l'humanite qui n'humaient pas bon) :

<ul class=" menu "><li class=" menu__item is-leaf first leaf level-1 item-twitter "><a href=" https://twitter.com/humanite_fr " title="" class=" menu__link level-1 ">Twitter</a></li> <li class=" menu__item is-leaf leaf level-1 item-facebook "><a href=" https://fr-fr.facebook.com/humanite.fr/ " title="" class=" menu__link level-1 ">facebook</a></li> <li class=" menu__item is-leaf leaf level-1 item-instagram "><a href=" https://www.instagram.com/lhumanite/ " title="" class=" menu__link level-1 ">instagram</a></li> <li class=" menu__item is-leaf last leaf level-1 item-youtube "><a href=" https://www.youtube.com/channel/UCar0yo-PpeMk51m116826pQ " title="" class=" menu__link level-1 ">youtube</a></li> </ul>