Réagir (1)EnvoyeriCalPartager

jeudi 12 septembre 2019 à 20h30

Conférence-débat : " Sauver l’hôpital public ? "

L'Université Populaire de Toulouse, Attac, les Amis du Monde Diplomatique avec le soutien de la librairie Terra Nova invitent Fanny Vincent et Julien Terrie représentant du collectif CGT des hôpitaux de Toulouse le jeudi 12 septembre à 20H30, salle du Sénéchal, Toulouse.

À propos des réformes de l'hôpital public

Des établissements surendettés, des professionnel.le.s de santé épuisées, des couloirs transformés en hébergements de fortune, une grève des services d'accueil des urgences d'une ampleur et d'une durée inédites..., l'hôpital public est mis à rude épreuve, et cette situation de "crise" semble durer depuis maintenant plusieurs décennies. Comment en est-on arrivé là ? Les réformes qui prétendent sauver l'hôpital ne sont-elles pas allées assez loin ? Ou au contraire, sont-elles allées trop loin ? L'hôpital manque-t-il d'organisation ? De moyens ? Fait-il trop de choses ? Comment penser son articulation avec les autres acteurs du système de santé ? Et les patient.e.s dans tout ça ?

JPEG - 19.3 ko

Pour débattre du diagnostic de cette "crise" sans fin et des solutions pour y remédier, cette soirée donnera la parole à Julien Terrie, représentant du collectif CGT des hôpitaux de Toulouse, et à Fanny Vincent, sociologue et co-auteure de l'ouvrage : La casse du siècle. A propos des réformes de l'hôpital public (éditions Raisons d'Agir, 2019).
Les éditions Raisons d'Agir

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/20477
Source : http://universitepopulairetoulouse.fr/spip.ph…
Source : message reçu le 25 juin 17h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

"Sauver l’hôpital public ?" oui, mais comment?

Par Anonyme, le 17/07/2019 à 13:46

Allouer plus de fonds? Cela ne sert à rien vu la gestion calamiteuse de la FPH.

Allouer plus de personnel? cela ne sert à rien, les infirmiers et les aides-soignants sont des feignasses de fonctionnaires planqués qui passent leur temps à la machine à café (c'est une élève de l'EHESP qui me l'a raconté, donc ça doit être vrai).

Une seule solution : la privatisation. Les bénéfices seront importants, à fois en terme de rentabilité et de trésorerie :

- si l'on privatise, on ne sera plus obligé de soigner tout le monde et l'on pourra se concentrer sur les clients solvables, plutôt que sur les cas sociaux qui bénéficient de la CMU.

- les pouvoirs publics n'auraient plus à s'embarasser avec des questions d'ordre déontologique quand ils recherchent les terroristes en gilet jaune et les islamo-gauchistes égorgeurs que sont les syndicalistes. (https://paris-luttes.info/comment-echapper-aux-fichiers-12067)

- l'actionnariat pourrait directement être ouvert à l'industrie pharmaceutique, ce qui éviterait d'avoir recours à des manoeuvres telles que l'ouverture de comptes en Suisse pour les membres de l'HAS, les séminaires aux séchelles avec visiteuse médicale pour présenter les innovations aux chefs de service, le lobbying auprès du conseil de l'ordre ... (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/chimie-pharmacie/20130522trib000765886/les-laboratoires-obliges-de-declarer-tout-cadeau-aux-medecins-de-plus-de-10-euros.html

http://www.libreactu.fr/agnes-buzyn-a-ete-remuneree-par-les-labos-pendant-au-moins-14-ans/

)

- on pourrait même envisager des parkings enfins rentables et des galeries marchandes permettant aux clients de bénéficier d'enseignes réputées et de la présences de grandes marques.

- En légalisant le médiator, on éviterai des "affaires" avec des clientEs trop bavardes : https://www.liberation.fr/societe/2015/06/05/medecine-des-internes-a-touche-touche-avec-l-ethique_1323921

L'hopital public français pourrait avoir un bon PER, ainsi qu'une notation AAA. Il suffit pour cela de réduire les effectifs avec un plan de départ volotontaire tel que mis en place chez France Telecom et une augmentation du rendemment horaire des sans-dents.

De nombreux pays ont déjà expérimenté avec succès de telles opération : https://eu.shreveporttimes.com/story/news/2017/05/10/study-hospital-privatization-brought-1-billion-north-la/101506330/

Vous avez vu le cash flow que ça dégage? Parce que sérieusement, les homards et les sauternes, ça coûte un bras! Et il faut bien phynancer!