Réagir (2)EnvoyeriCalPartager

vendredi 11 octobre 2019 à 20h

Climat : Pisser sous la douche ou chier sur le système ?

Derrière ce titre racoleur se cache la question de savoir si une politique climat-compatible doit être liberticide ?

Les récents rapports du GIEC sur le dérèglement climatique sont formels : pour limiter les dommages sur les sociétés humaines et la biodiversité, nos modes de production et de consommation doivent radicalement changer. Les solutions abondent du côté des industries et des gouvernements, en passant des technologies à émissions négatives aux objets connectés. Elles semblent pourtant n'être qu'une diversion face à la nécessité d'engager une réelle décroissance économique, souvent appréhendée comme une dégradation de la qualité de vie. À quoi ressemblerait en France une trajectoire compatible avec un réchauffement limité à 1,5°C ?

Si les modes de vie et de consommation individuels sont souvent décriés, ils n'évolueront que grâce à un changement radical du système économique. Cependant, quelle place accorder à la liberté et à la démocratie dans une politique efficace de limitation du dérèglement climatique ?

Sous forme de table ronde, trois experts éclaireront ce débat :

Julian Carrey, professeur de physique à l'INSA Toulouse, et membre de l'Atelier d'Écologie Politique - Toulouse, collectif de chercheur.es ayant publié l'année dernière plusieurs textes sur l'urgence écologique.

Charles Adrien Louis, co-fondateur du cabinet B&L évolution, auteur du rapport Comment aligner la France sur une trajectoire 1,5°C ?

Marie-Christine Zelem, professeure de sociologie au CERTOP-CNRS UMR 5044.

Conférence organisé par le Collectif Citoyens pour le Climat - Toulouse

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/20908
Source : https://www.facebook.com/events/1076252105918
Source : message reçu le 29 septembre 20h

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Le réchauffement climatique!...Pourquoi en rereparler?

Par Anonyme, le 11/10/2019 à 17:48

Je suis assez d'accord avec Anonyme! En mon fort intérieur, je pense qu'il ne sert à rien de se gargariser de bonnes paroles et faire des subgestions de bonnes consciences envers quelques solutions pour ralentir le réchauffement!!

Si, le plus grand nombre de la population ne prévoit pas d'opérer des changements dans leurs déplacements (surtout par avions!!!) mais aussi dans leur consumérisme...!dans leur Vie Quotidienne, alors, à mon sens toutes ces personnes se moquent du Monde et de la Terre qu'ils vont laisser à leurs descendants !!!

Nous sommes tous dans le même bâteau!sur cette terre bien mal menée!!! Ne vous y trompez pas! Je vie humblement ma décroissance et ne suis pas seule! depuis des annèes!

mais, beaucoup trop ne sont pas assez courageux, pas assez éduquez(aussi!...)et si nous ne forçons pas les politiques et, la commission européenne!!!...(.et???++...)à ralentir cette société consumériste et énergivore, eh!bien!bien sûr que nous perdrons tout à fait notre Terre!

Christine.

Pourquoi encore en parler...?

Par Anonyme, le 08/10/2019 à 13:41

Le monde blanc industriel occidental ("développé"...) se réunit et parle. Parle, parle, parle.

Ceux qui ont des problèmes en lien avec le changement climatique ou sont dans la mouise écologique agissent au quotidien pour fabriquer des solutions et faire face. Ceux qui ne sont pas en lien direct - c'est à dire sensoriel - avec ces problèmes (autrement dit ils connaissent le problème avec leur tête, mais ils ne le ressentent pas) , les craignent de loin et, dans un sentiment confus de peur, de culpabilité et d'impuissance (à changer)... en parlent.

Parler de la nécessité d'évoluer n'est pas évoluer.

Une ampoule de 60W allumée pendant 1 heure représente une masse d'une tonne chutant de 20 mètres. Et on se réunit dans des salles éclairées et chauffées pour parler de notre surconsommation énergétique. On a les moyens de ça.

On n'a, en occident, des problèmes de riches. (riches financièrement parlant, parce que pour les autres aspects qui font la richesse d'une vie humaine, je ne suis pas sûre qu'on soit très bien)

A mon sens - et calculs faits, et pardon si c'est radical - la seule source d'énergie soutenable c'est celle de la force des corps humains et de l'énergie qu'ils tirent de la consommation des aliments (eux-même étant de l'énergie solaire stockée en molécules organiques).

On parle d'"engager une réelle décroissance économique". On se trompe avec ce mot. Un système économiquement (financièrement) bénéfique à ses entrepreneurs peut être absolument définitaire - et une calamité ! - sur le plan énergétique. Presque tout ce qui existe dans le monde actuel colle d'ailleurs à ces critères : viabilité économique (on gagne de l'argent) mais drame au plan énergétique (on crame la maison). Avec ce concept de décroissance économique on enfume tout le monde (ce qui est peut-être le but). C'est une décroissance énergétique, qu'il faut.

Voilà pour mes idées.

Je ne serai pas à Toulouse ce soir-là, bien trop loin pour que ça fasse sens de se déplacer. (on a aussi, en occident, perdu le sens des déplacements raisonnables)

Et je suis sur internet, en pleine conscience de mes contradictions.

Allez je retourne au jardin. Bien à vous tous et bonne soirée en conscience.