thème :   le plus vu
Réagir (0)EnvoyeriCalPartager

mercredi 9 novembre 2011 à 20h30

Projection/Débat nos ancêtres les gauloises

Mercredi 9 novembre à 20h30 à Toulouse, première du film suivie d'une rencontre avec Catherine HUGONET, déléguée à la Direction Régionale aux Droits des Femmes et à l'Égalité (DRDFE) de la région Bourgogne de 2006 à 2010, DRDFE qui a apporté son soutien financier au projet du film, et son concours pour la mise en relation du réalisateur avec le tissu associatif local. Elle est également ancienne directrice régionale du FASILD Bourgogne, établissement public chargé de l'intégration des migrant-e-s et de la lutte contre les discriminations raciales (achetez vos places à partir du mercredi 2 novembre).

nos ancêtres les gauloises

Christian ZERBIB - documentaire France 2011 1h30mn - D'après une idée originale de Touria Benzari et Christian Zerbib.

Du 09/11/11 au 15/11/11 à Toulouse

NOS ANCÊTRES LES GAULOISESTARIFS :
TARIF NORMAL : 6€
ABONNEMENT : 45€ (10 places)
Séance sur fond gris : 4€

Elles sont une bonne dizaine, qui n'auraient jamais dû se retrouver sur un écran, jamais dû se produire sur une scène de théâtre, des bonnes femmes comme on en croise plein, peu habituées à ce qu'on fasse attention à elles… Et voilà qu'elles sont le sujet, les vedettes d'une pièce de théâtre écrite à partir de leurs phrases, de leurs aveux, de leurs fous-rires, de leur histoire. Le film raconte l'incroyable épopée d'une bande de discrètes qui ne se connaissaient même pas et ont pourtant accepté de s'embarquer dans une aventure collective où elles allaient devoir accepter pour la première fois d'ouvrir l'histoire de leur vie à des spectateurs anonymes. Tour à tour pudiques et impudiques, drôles, émouvantes… on les voit jour après jour se prendre au jeu, trouver une assurance nouvelle, en dire chaque fois un peu plus…

Elles s'appellent Germaine, Darcy, Diane, Atefa, Fatiha… elles sont venues un jour de Hollande, du Cambodge, du Sénégal, du Togo, du Brésil, de Turquie, des quatre coins de la planète, fuyant la guerre, pour suivre un amoureux, ou simplement en quête d'une vie meilleure. La plus jeune a la quarantaine, la plus âgée 74 ans, elles ont un ou plusieurs enfants qui sont nés en France. Elles disent leur arrivée, le difficile chemin à parcourir quand on ne comprend ni les moeurs ni la langue, la difficulté de trouver du travail, même quand on a fait des études, la gentillesse des uns toujours prêts à filer un coup de pouce aux nouveaux arrivants démunis, l'hostilité des autres ratatinés sur leurs angoisses. Toutes racontent leur histoire d'amour avec la France et comment peu à peu elles ont trouvé leur place, avec des moments de joies, des moments de peine. « Même en femme de ménage, on ne veut pas de moi » rigole Aurélie, la Gabonaise, et la voilà à raconter ses états d'âme sur la scène du théâtre de Dijon devant un public qui rit s'émeut, s'emballe…
On est tous à un moment ou à un autre concerné par l'exil… Quand on chantait dans les manifs « nous sommes tous des enfants d'immigrés », il sautait aux yeux que la France avait définitivement compris qu'elle avait été et serait toujours irriguée par des flux venus de la terre entière.
Christian Zerbib, lui, c'est quand sa grand-mère est arrivée en France qu'il a réalisé : « elle semblait un peu déplacée, comme si elle n'arrivait pas à trouver ses marques. C'est là que j'ai dû prendre conscience que l'exil était tout autant un déplacement physique qu'un déplacement de valeurs, de culture, de perceptions, avec le flot d'émotions que cela suppose. »
Le casting de son film s'est fait en recrutant dans les centres de formation et dans les cours d'alphabétisation de la région dijonnaise, expliquant son projet qui demandait aux femmes un sacré investissement puisqu'il fallait qu'elles se rendent disponibles pendant plus de six mois : elles ont toutes joué le jeu, demandant leur avis à leurs enfants, à leur famille, et pour une, très croyante, à son imam qui n'y a vu aucune objection…

Depuis des liens se sont tissés jusqu'à constituer une véritable troupe, changeant leurs rapports avec leurs proches : on imagine le regard de leurs propres enfants sur leur évolution… Donnez l'occasion aux femmes de prendre la parole et, vous verrez, elles ne la lâcheront plus !

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/2788
Source : http://www.cinemas-utopia.org/toulouse/index....

Réagir

Informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site.

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.

Réagir

Soyez le premier à réagir!

Proposer un commentaire c'est faire évoluer des idées de façon respectueuse et constructive. Les propos sortant de ce cadre seront supprimés.