thème :
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 27 février 2024 à 18h

A muret, tu fouilles, on t’embrouilles (enfin on espère) !

Ça y est, on y est. Les premiers aménagements en vu de la construction d'une nouvelle prison à Muret ont commencé.

En effet, mi-décembre, un bosquet de 5 hectares a été rasé, sur les 17 que concernent le projet. Et le 8 janvier, les quelques arbres qui avaient été épargnés jusque la ont aussi été abattus. Ce défrichage est sensé permettre à l'Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), présent lors de cette opération, de pouvoir réaliser des fouilles archéologiques sur le site, avant que les travaux ne commencent réellement en 2025 selon les estimations de l'APIJ (Agence publique pour l'immobilier de la justice). A noter qu'ecotone, la caution verte de ce super projet, était aussi présent sur le terrain pour constater que les animaux et les arbres ont bien été massacrés dans les normes en vigueur, et que tout est en règle ! Pour remplacer la faune et la flore, un vigile est resté posté dans sa bagnole pendant plusieurs jours, épiant les curieux venant voir l'étendu des dégâts.

Pour rappel, une nouvelle taule de 615 places est prévue à Muret pour 2027 dans le cadre d'un plan plus large de construction de 15000 nouvelles places (plus 3000 qui ce sont rajoutées cet été après une négociation avec les républicains) dans les années à venir. Toujours plus de prisons pour enfermer toujours plus de gens.

Des prisons que l'on déteste parce qu'elles sont l'incarnation de ce que cette société représente en terme de domination, d'exploitation et de répression. Une société basée sur des rapports sociaux et économiques ou l'on doit suivre les règles d'un jeu que l'on a pas décidé, et dont toute tentative de se débrouiller autrement ou de renverser la table de jeu peut se transformer en passage dans un lieu d'enfermement.

C'est parce qu'on a envie de détruire celles qui existent déjà, et d'empêcher de construire celles qui ne sont pas encore la, qu'on appelle a se rencontrer et à voir ce que l'on a envie de faire pour perturber le plus possible ce chantier. Même si ils en sont qu'aux prémices, profitons du temps que nous avons pour réfléchir à comment nous pouvons le retarder et on l'espère l'empêcher. Tout est possible, cela dépendra simplement des forces que l'on veut jeter dans la bataille !

Si toi aussi tu as envie de lutter contre cet horrible projet, rdv le mardi 27 Fevrier a 18h au 1 impasse lapujade !

A bas toutes les prisons !

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/29165
Source : message reçu le 7 février 16h