Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

vendredi 24 mai 2024 à 19h

Les Comités d’Action Viticole (années 1970), des manifs de masse à l’action directe

Soirée à l'initiative du CRAS*

Les Comités d'Action Viticole dans les années 1970,
des manifestations de masse à l'action directe

19h: Accueil -Auberge espagnole
(les boissons sont proposées en soutien à l'association)
Animée par la chorale : Lo Cor de Garoneta

20h : Présence de Geneviève Abbé**, historienne et des Éditions du bout de la ville - Diaporama sur l'histoire de cette lutte

Le 4 mars 1976 à Montredon des Corbières dans l'Aude, un affrontement entre CRS et vignerons se solde par la mort d'un vigneron Émile Pouytès et d'un CRS le commandant Le Goff (un occitan et un breton). Quelques jours plus tard, à Toulouse, dans la nuit du 8 au 9 mars, Robert Touati et Diégo Ruiz Rosado, deux militants anarchistes de 23 ans sont tués par l'explosion de la dynamite qu'ils comptaient faire exploser au petit matin dans la cour de la caserne de la CRS 27 avant les obsèques du commandant Joël Le Goff. Cérémonie qui devait se dérouler en présence du ministre de l'intérieur Michel Poniatowski. Des événements aujourd'hui oubliés qu'il faut replacer dans leur contexte, celui de luttes viticoles radicalisées depuis la création des Comités d'Action Viticole en 1961 et plus encore après 1968. Ces luttes dépassèrent la cadre viticole et convergèrent, dès 1975 avec les mouvements ouvrier et étudiant sur la base d'un occitanisme militant et autour du slogan: "volem viure al paÏs" (nous voulons vivre au pays).
Ce sont les héros de ces luttes que l'on retrouve dans N'i a pro, le livre de Marie Coumes et Laurent Cavalié publié par les "Éditions du bout de la ville".

**Geneviève Abbé auteure de : Les Luttes en Languedoc de 1970 à 1976 master d'histoire contemporaine , université Toulouse Jean-Jaurès et autrice de la préface de Ni a pro

^^^^^^^^^^^^^^^^^^^^
*Quelques précisions et rappels suite à diverses critiques sur certaines soirées. Si les principaux objectifs du Cras sont la réception, la conservation et la transmission des documents, la principale activité du Cras demeure l'archivage. La disposition des locaux nous a permis d'ouvrir un espace pour organiser ou permettre diverses activités, comme des soirées à l'initiative de l'association ou a l'initiative d'autres collectifs, groupes ou individu.e.s sur demande... Nous réaffirmons que la salle du Cras est un lieu d'apprentissage collectif, de débats et d'échanges qui n'a pas vocation à construire de façon artificielle une unanimité trop souvent factice.

CRAS (Centre de Recherche sur l'Alternative Sociale)
39, rue Gamelin 31100 Toulouse (France) - Tél : 09 51 43 19 08
Site : cras31.info

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/29828
Source : message reçu le 11 mai 18h