thème :   le plus vu
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mercredi 17 juillet 2024 à 19h

Les rendez-vous Ambiance Pédale !

Invitation à une discussion libre "Ambiance Pédale" en mixité pédé à l'Impasse le 17 juillet à 19h !

Et au fait, comment ça va les pédés ? Elles se portent comment les tapettes ? Ce n'est pas une blague, on a envie de prendre le temps de nous la poser vraiment, cette question : comment on la vit notre vie d'homo ?

Vu d'un peu loin, tout va pour le mieux pour les hommes qui aiment les hommes : le sida ne tue (presque) plus dans nos contrées, (presque) plus personne ne remet en question le mariage pour tous, Drag Race cartonne à la télé, et puis notre premier ministre est gay, tout comme un grand nombre de députés RN à l'Assemblée Nationale - le droit d'être des fachos comme les autres, ne serait-ce pas là l'étape ultime de notre « intégration » ?

Cette vision stéréotypée de la normalisation gay est partagée par nombre de LGBT. Le besoin de se serrer les coudes face à l'homophobie appartiendrait au passé.
Le temps des combats politiques serait terminé, puisqu'il n'y aurait plus rien à gagner. Avec l'arrivée des trithérapies du VIH qui ont relégué les questions de santé au second plan. Mais aussi avec Grindr et autres réseaux, plus besoin de quitter notre canapé pour se rencontrer. Nous n'aurions plus besoin d'espaces spécifiques pour débattre, se battre, se soigner, se rencontrer.

Conséquence : on a l'impression que de nombreux lieux de sociabilisation dépérissent. Qu'il s'agisse de lieux commerciaux (on ne compte pas le nombre de bars et de boites gay qui ont fermé en 20 piges), associatifs (les assos sont toujours là, les pédés dedans, moins) ou informels (certains lieux de drague en extérieur se vident, quand ils ne sont pas dégagés par la gentrification). Seuls semblent rester des événements festifs ponctuels comme la Gayguette à Toulouse qui, preuve que le besoin d'être ensemble est toujours présent, font le plein comme jamais.

Dans les milieux plus radicaux, une partie des transpédégouines (TPG) a également acquis l'idée que les pédés étaient désormais des "hétéros comme les autres" : on y a vu se systématiser ces dix dernières années les zones en mixité choisie « sans mecs cis », écartant les pédés cis et obligeant les trans à justifier de leur transidentité (pratiques heureusement plutôt en reflux).

Sauf qu'en fait non, qu'on le veuille ou non, nous ne sommes pas devenus des hétéros comme les autres. L'héritage des luttes passées et la culture qui leur est propre continuent de forger nos manières de vivre et de nous définir.
L'homophobie, certes moins palpable qu'autrefois, ne cessera jamais de nous agresser, ne serait-ce que parce qu'on en a intériorisé une partie.

Nous sommes, comme l'ensemble des personnes LGBTI, toujours surreprésentés parmi les personnes ayant des troubles psy, parmi celles qui font des tentatives de suicide ou des overdoses. Ou encore à être victimes d'agressions sexuelles, de (cyber-)harcèlement ou de guet-apens.
Car qu'on se la soit infligée à nous même, ou qu'elle vienne des autres, la violence et la solitude font partie de nos constructions depuis l'enfance. Réprimer nos attirances, nos amours, nos manières, nos jeux, nos envies, contrôler notre façon de nous habiller ou de marcher, s'empêcher d'être démonstratif avec son partenaire dans l'espace public est ou a été notre lot quotidien. Même si tout le monde ne l'a pas subie de la même manière, cette peur laisse des traces.
Et on a besoin de s'en parler.

Une des conséquences de la honte et de l'isolement qui nous traverse est l'explosion de la pratique du chemsex dans les milieux gays. Si elle est en partie liée au besoin de se retrouver et et d'assumer sa sexualité en faisant sauter tout un tas de barrières mentales, on en connaît aussi les dangers. Pour la personne qui ne vit plus sa sexualité et ses relations sociales qu'au travers des drogues, la perte de contrôle n'est jamais loin, et c'est ainsi que l'on apprend presque chaque semaine que X est parti à l'hosto, ou que Z est décédé. Drames invisibles qui sont un véritable enjeu de santé communautaire aujourd'hui.

On a aussi envie d'interroger un certain nombre de normes
que l'on trouve parfois enfermantes. Le culte du corps jeune et bien foutu, du membre bien monté, de la multiplicité des partenaires comme seule forme de sexualité épanouie, de la virilité, le rejet ou la fétichisation des personnes fems, trans, racisées... Mais aussi une certaine indifférence que l'on retrouve parfois à l'égard des questions de consentement.

Alors on a envie de se rencontrer autrement.
Sans avoir besoin de prendre la fête, le cul ou les drogues comme prétexte. Se parler juste pour se parler. Partager nos bonheurs, nos peines, nos questionnements. Ramener un peu à bouffer et à boire. Échanger sur nos vécus et nos constructions. Se faire de nouveaux potes. Débattre. Parler de notre santé. Et puis se marrer, aussi !
On appellerait ça les rendez-vous « Ambiance Pédale ». Ça serait pour toutes les personnes qui se sentent pédé, qu'elles soient homo ou bi, cis ou trans, dans le placard, sur la scène, ou même encore en questionnement. Pour les super virils et les folles jusqu'au bout des (faux) ongles. Ça serait un temps rien que pour nous et ça nous ferait du bien.

On propose que la première ait lieu à L'Impasse, 1 impasse Lapujade à Toulouse, le mercredi 17 Juillet à 19h. Si tu as lu ce texte jusqu'au bout, et même si tu n'es pas forcément d'accord avec tout, tu te sens peut-être concerné. Tu viens ?

P.-S.

Contact : ambiexancepedaexle@riseuexp.net

Lien : https://toulouse.demosphere.net/rv/30193
Source : message reçu le 3 juillet 14h